• 01 55 63 50 00
  • SDDS c/o ADP - 31 avenue Jules Quentin 92016 Nanterre Cedex

Interview : Myriam Saluzzi, Silaexpert

Interview : Myriam Saluzzi, Silaexpert

 

Myriam Saluzzi

 

« Nous avons constaté que SDDS avait une position de partenaire privilégié des pouvoirs publics. »

Myriam Saluzzi est juriste conseil en droit social et gestion de la paie chez Silaexpert, éditeur de paie en mode Saas à destination des cabinets d’experts comptables. Elle répond aux questions de SDDS suite à l’adhésion de l’entreprise à l’Association.

Pourquoi Silaexpert a-t-il décidé de rejoindre l’Association ?

C’est à l’occasion de la signature de la Charte de partenariat éditeurs/DGFIP sur le prélèvement à la source que Jean-Paul Bagou, président de Silaexpert, a rencontré Isabelle Van Cauwenberge, présidente de l’association SDDS. Sa présentation et la reconnaissance de son engagement au service de ses membres ont convaincu Silaexpert de s’associer à ce projet.
Avant cette rencontre, j’avais déjà eu l’occasion de suivre l’actualité de l’association, notamment via Twitter, sur des sujets comme la DSN, le prélèvement à la source ou le bulletin de paie. Quand Jean-Paul Bagou m’a demandé de piloter l’adhésion de Silaexpert à SDDS, j’étais donc déjà acquise au projet.

A quel groupe de travail envisagez-vous de participer ?

Même si notre attention se porte particulièrement sur les groupes DSN, Bulletin de paie, Fusion Agirc-Arrco et Allègements en remplacement du CICE, tous les groupes de travail du Collège social nous intéressent, et nous suivons leurs travaux.
Compte tenu de l’accélération des réformes en cours et de celles à venir, de leur ampleur et de leur complexité, tous les sujets nécessitent une surveillance accrue de notre part afin de mieux anticiper et accompagner les évolutions logicielles indispensables.
Nous avons notre propre veille sociale, mais nous sommes très preneurs de toute information en amont des transformations, des évolutions, des communications officielles. Les textes sortent souvent au dernier moment, sans être nécessairement toujours très bien finis ; et nous avons besoin de davantage de temps pour paramétrer les logiciels. Avec SDDS, nous avons la chance de pouvoir accéder aux mesures avant les décisions, quand les mesures sont au stade de projets, ce qui nous permet de mieux nous préparer.

Quelle est votre opinion sur les grands chantiers de l’Association ?

Prenons comme exemple les conditions de mise en œuvre du Décret n° 2016-1567 du 21 novembre 2016 relatif à la généralisation de la déclaration sociale nominative et du Décret 2017-858 du 9 mai 2017 relatif aux modalités de décompte et de déclaration des effectifs, au recouvrement et au calcul des cotisations et des contributions sociales, ainsi que la parution tardive de la circulaire interministérielle du 19 décembre 2017 relative au calcul du plafond de la sécurité sociale et au fait générateur des cotisations et contributions de sécurité sociale (mise en ligne le 26 décembre 2017 pour une date d’entrée en vigueur le 1er janvier 2018). Les nombreuses questions que tous ces textes suscitent encore justifient l’appréhension de ces problématiques par SDDS.
Typiquement, dans ce type de situations, si on ne fait pas partie d’une association comme SDDS, les informations arrivent trop tard et nous laissent trop peu de temps pour réagir.
Il y a aussi une autre dimension à notre engagement : c’est la possibilité que nous offre SDDS de faire remonter et prendre en compte les problématiques du terrain, et donc la perspective d’influer sur l’aspect technique des textes pour qu’ils soient plus facilement applicables.

Que pensez-vous de la méthode SDDS ?

La méthode dynamique, proactive et collaborative de SDDS nous paraît essentielle pour répondre aux enjeux actuels. Intervenir avant que les choses se décident. Les éditeurs ne sont pas forcément toujours entendus, mais au moins SDDS essaie. En entrant dans les groupes de travail, nous avons constaté que l’Association avait la position de partenaire privilégié des pouvoirs publics, notamment pour ce qui est de la participation aux pilotes. C’est le cas avec les questions de la fusion Agirc Arrco et de la réduction générale de cotisations patronales, qui font l’objet d’un pilote d’intégration à la DSN depuis le 1er octobre 2018.

A quel groupe de travail envisagez-vous de participer ?

Même si notre attention se porte particulièrement sur les groupes DSN, Bulletin de paie, Fusion Agirc-Arrco et Allègements en remplacement du CICE, tous les groupes de travail du Collège social nous intéressent, et nous suivons leurs travaux.
Compte tenu de l’accélération des réformes en cours et de celles à venir, de leur ampleur et de leur complexité, tous les sujets nécessitent une surveillance accrue de notre part afin de mieux anticiper et accompagner les évolutions logicielles indispensables.
Nous avons notre propre veille sociale, mais nous sommes très preneurs de toute information en amont des transformations, des évolutions, des communications officielles. Les textes sortent souvent au dernier moment, sans être nécessairement toujours très bien finis ; et nous avons besoin de davantage de temps pour paramétrer les logiciels. Avec SDDS, nous avons la chance de pouvoir accéder aux mesures avant les décisions, quand les mesures sont au stade de projets, ce qui nous permet de mieux nous préparer.

Quelques mots sur Silaexpert ?

Silaexpert est une société jeune, née en 2009, dont le siège est situé à Aix-en-Provence. Nous sommes actifs sur tout le territoire national, y compris les collectivités d’outre-mer. Le logiciel mis à disposition par la société Silæxpert s’impose comme un outil productif et compétitif. D’une part, nous proposons des paramétrages en mode collaboratif non seulement entre les cabinets et leurs entreprises clientes, mais également entre ces entreprises et leurs salariés. Ce processus partagé entre collaborateur du cabinet, entreprise et salariés génère des gains de temps et d’efficacité en recentrant chaque acteur sur ses savoirs et compétences.
D’autre part, l’automatisation poussée de la solution Silæxpert libère le collaborateur des tâches les plus chronophages pour lui permettre de se recentrer sur le contrôle de la paie, activité à forte valeur ajoutée.
Enfin, la plus-value du logiciel Silaexpert réside en une base de données légales et conventionnelles pré-paramétrée et quotidiennement mise à jour par des spécialistes du droit social, pour une réactivité maximale et une paie 100 % fiable. A la pointe de l’actualité réglementaire et conventionnelle, les spécialistes du service de veille mettent tout en œuvre pour préparer en amont les futures évolutions et intégrer les nouveautés sans anomalie et en toute sérénité pour les collaborateurs.
Mais cette volonté se heurte de plus en plus souvent aux contraintes du terrain, ce qui provoque un sentiment de réformes insuffisamment préparées par les pouvoirs publics. Avec SDDS, nous espérons contribuer à renforcer l’écoute et l’attention de nos gouvernants sur le besoin d’une réelle simplification au profit de l’ensemble de nos organisations.

cookie